HONGRIE | Chronique d'une pollution annoncée

Publié le par Ledécroissant


15/11/10 | Sándor Vida

9 morts, plusieurs maisons détruites, plus de 1000 hectares devenus impropres à la production. L'impact écologique de la pollution en Hongrie est désastreux.

12 heures 24, ce 4 octobre 2010 à Ajka 1,un des réservoirs – haut de 10 étages - de l'usine aluminium de la société MAL Zrt. se rompt. Plus d’un million de tonnes de boue rouge toxique se répand sur 40 km. Trois villages et plus de 1 000 hectares de terres se retrouvent sous la boue en quelques secondes. C'est la plus grande catastrophe écologique de Hongrie...Des perteshumaines, 120 blessés et 9 morts. Des pertes matérielles, les citoyens de la zone ont perdu tout ce qu'ils avaient : leurs maisons, leurs voitures...et même leurs épargnes, car la boue rouge détruit aussi la monnaie en espèces.

La grande concentration de lessive de cette boue la rendait très dangereuse. Les gens présentaient des brûlures même deux ou trois jours après la catastrophe. La boue rouge a également détruit tous les micro-organismes de la terre et de l'eau. Trois jours après la catastrophe, au fleuve Marcal il ne restait aucune biosphère. Heureusement, la concentration de lessive a diminué et elle n'a pas touché le Danube.


Les précédents

Ce n'est pas la première fois que les habitant d'Ajka sont confrontés à une telle situation. Le responsable reste toujours le même, l'usine d'aluminium de la société MAL Zrt., crée en 1942. En 1998 une rafale de vent peint de rouge une partie de la ville. La boue rouge des réserves de l'usine n'était pas suffisamment humide et le vent l'a emporté en colorant une partie de la ville. Depuis ce moment, les problèmes avec la boue toxique - sous-produit de la production d'aluminium - ont été nombreux. En 1999, la société a décidé de faire réparer les réservoirs de l'usine à Ajka avec un coût de plus de 3,5 millions d'euros, selon des informations du documentaire OzoneNetwork.Même si les réservoirs ont été réparés, leur état n'est pas vérifié régulièrement. Après l'incident de 1998 la société n'a jamais vérifié les concentrations de boue rouge et ionsmétalliques dans l'air. Personne ne peut encore dire quelles seront les conséquences de cette pollution toxique dans l'air. L'usine ne dispose pas non plus, d'un plan de sécurité pour éviter que la catastrophe ne se reproduise à nouveau.

Pendant 12 ans personne n'a rien fait et le 4 octobre 2010 la situation s'est reproduite. Cette fois-là la boue toxique était liquide. Les autorités ont fait tout pour préserver cette état. Ils ont arrosé les terres et les ont transportés à un dépôt de l’entreprise responsable de la catastrophe. Les autorités n'ont pas encore décidé si c’était une catastrophe naturelle ou une conséquence de la négligence de l'entreprise. En tout cas, l'État a assumé la gestion de l'entreprise, une des plus grandes du pays avec 2 000 travailleurs. Il a mis en place des mesures sécuritaires telles que la construction d'unedigue autour du réservoir endommagé.


Commencer à zéro...

La restauration de la nature, des villes, villages et les terres prendra plusieurs années. Les habitants sont encore sous le choc et la majorité ne veut pas revenir à leur maison. Les murs des maisons ont absorbé les boues toxiques et une fois sèches ces matières toxiques polluent l'air. Les habitants ont peur d'attraper des maladies. Si les ions métalliques entrent dans l'organisme humain, ils peuvent s'entreposer et tuméfier, ainsi que causer des calculs rénauxdes problèmes de foie ou endommager les organes reproducteurs.

Ces terres ne seront pas aptes pour la production alimentaire pendant au moins 10 ans. L'État a offert de nouvelles terres, les villes offrent de nouvelles maisons...mais l'exploitation de l'environnement doit mettre un terme, sans quoi nous courons tous un grand danger.

1. Une ville situé à 110km ouest de Budapest

 Rédacteur :
Sándor Vida, Budapest Hongrie

Source : http://www.journaleuropa.info/FR_article/n658t0j0d0-hongrie-hongrie-boue-toxique-nature-pollution-lessive-catastrophe.html

Publié dans Ecologie

Commenter cet article