Une décroissance autoritaire et chaotique

Publié le par Ledécroissant

« Voila comment s’ouvrira l’ère post-pétrolière. Voilà pourquoi nous connaîtrons la décroissance decroissance.pngautoritaire et chaotique, faute d’avoir choisi volontairement la décroissance politique, démocratique. Nous avons déjà atteint le plateau ondulant, le peak oil ayant été atteint vers 2005. La baisse de la production se profile d’ici à quelques années. Finalement la période de stagnation de la production sera très courte car nous avons déjà atteint les limites géologiques de la production de pétrole. Les conséquences risquent d’être lourdes :

 

L’année où la production baissera et où la demande sera alors bien plus forte que l’offre marquera l’ouverture d’une nouvelle ère. Les prix vont exploser, alimentés par la spéculation. La forte augmentation du baril de 2008 n’était qu’une petite réplique avant le grand séisme. La forte volatilité des cours actuels est un grand révélateur. Cette année là, donc, que ce soit 2011 ou 2013 ou 2015, les prix vont exploser. Nos économies “riches” et “avancées”, toujours endolories par la crise des subprimes, entreront dans une profonde récession qui permettront de renforcer les mesures de rigueur et d’achever définitivement nos systèmes de protection sociale. L’aviation civile s’effondrera malgré les aides des Etats. Mais si on raisonne au niveau mondial, c’est un risque d’implosion totale du système économique et financier mondial qui aura lieu.

 

L’explosion des prix du pétrole limitera d’abord l’accès du pétrole aux pays les plus pauvres, en Afrique et en Asie centrale notamment. Des émeutes de la faim et des guerres civiles surgiront partout. Les pays émergents eux aussi entreront en récession : le renchérissement des coûts des transports porteront un coup fatal à leurs exportations. Les désordres sociaux se multiplieront en Chine et en Inde, lorsque des dizaines de millions de salariés seront licenciés. Le sang coulera. Un très petit groupe de pays tirera les marrons du feu à court terme : les pays producteurs de pétrole ayant une capacité de raffinage suffisante pour leurs propres besoins ! Dont la Russie qui profitera du désordre pour absorber la Géorgie et peut-être d’autres pays de l’ex-URSS. Son influence croissante permettra de re-satelliser ses anciennes “possessions”.

 

Au nom de la sécurisation des approvisionnements, les grandes puissances enverront des contingents militaires dans les pays producteurs de pétrole et d’uranium de l’Afrique subsaharienne déstabilisés par la crise alimentaire sévissant dans leurs pays. La constitution d’une “forteresse Europe” sera jugée nécessaire (cela sera la mission d’une nouvelle Union de l’Europe des Nations) car “nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde”. Ce qui signifie concrètement la militarisation des frontières européennes. Dans cette forteresse Europe en quasi-guerre civile se développeront des pouvoirs forts (autoritaires), soutenus par la bourgeoisie, pour faire face à l’urgence de la situation. Les partis dits “modérés” perdront le pouvoir au profit de régimes populistes d’extrême droite. Le bouc-émissaire est déjà tout désigné, les droites ayant préparé le terrain : l’étranger, “qui nous mangerait notre pain, et déjà responsable de tous nos maux” (chômage, criminalité, affaiblissement de la protection sociale, perte des valeurs nationales…). Les expulsions prendront des dimensions démesurées alors que dans le même temps, des millions d’affamés se presseront aux portes des pays “développés”.

 

La perte de productivité immense nécessitera d’abandonner la production d’innombrables biens et services superflus pour se concentrer sur l’essentiel : l’agriculture, l’industrie lourde, le BTP, l’extraction minière, l’armement. La relocalisation de la production sera nécessaire. Le monde rural, sans pétrole, nécessitera de plus en plus de bras pour l’agriculture. Les zones d’activités périphériques, les grandes surfaces seront abandonnées et détruites au profit de la production agricole. Le tourisme sera un lointain souvenir. L’urbanisme sera réformé : la densité primera sur le confort et l’espace. La structure de l’économie sera bouleversée. Tous les secteurs exportateurs, compétitifs dans l’économie ouverte, s’effondreront. Cela se fera dans la douleur.

La méga-dépression entraînera une chute de la demande de pétrole qui permettra une baisse des prix du baril. Ce prix retombera à un niveau acceptable mais supérieur à la période pré-crise. Les économies qui ne se seront pas effondrées se stabiliseront, les pays développés étant les mieux armés ; tandis que les famines et les désastres se multiplieront dans d’autres pays moins chanceux. Ce cycle se répètera à chaque reprise économique, c’est-à-dire à chaque reprise de la demande de pétrole, entraînant à chaque fois un peu plus le monde dans le chaos. Le niveau de vie, y compris dans les pays développés sera complètement bouleversé : il fera chaud l’été et froid l’hiver dans les bâtiments pour la majorité d’entre nous. Le rationnement pétrolier puis alimentaire finiront par être institués. Le troc se développera fortement pour pallier aux déficiences croissantes de l’économie. Les réseaux parallèles, mafieux, l’économie souterraine se développera, tout comme l’usage des drogues.

De ce désordre naîtra un ordre nouveau, totalitaire, raciste, guerrier. La guerre pour le contrôle des ressources et pour juguler l’immigration embrasera le monde, et en particulier les pays pauvres. Il est également envisageable de voir la naissance de conflits entre grandes puissance pour leurs approvisionnements, et notamment le renforcement de l’antagonisme USA/Chine. Notons également que le réchauffement climatique se poursuivra, ses conséquences se faisant crescendo, aggravant ainsi la situation par la multiplication des phénomènes climatiques graves et soudains : inondations, sècheresses, tempêtes, montée du niveau de la mer ce qui entraînera : famines, épidémies, grands déplacements de populations et donc toujours plus de guerre. En quelques années, des centaines de millions de morts seront comptés. »

 

http://petrole.blog.lemonde.fr/2010/07/20/la-chine-nie-etre-devenue-le-1er-consommateur-mondial-denergie/#comments

Publié dans Economie

Commenter cet article

yannick 27/12/2010 16:57


La Chine a bon dos. Un petit dejeuner americain pour 2 personnes suffit a nourrir une famille de 4 personnes en chine pendant une journee eniere, avec ses 24000 calories de saucisses, bacon, cafe
gras ,haricoys, viandes grillees gateaux, fromages cereales et confitures. Les americains sont de veritables machines a consommer pour consommer et il n'y a aucun pays qui ne sera en mesure de le
contester ce leadership.empechew ces gros lards de manger et la croissance (y compris celle de la chine) ne sera plus si imperative/

Yannick

www.thirstysecondes.squarespace.com